Le métro

Album : L'explorateur

pochette

Serpent sous terre, de pierre, de fer,
J’émerge dans la nuit à Denfert ;
Haleine chargée, pas de travers,
J’ai un peu forcé sur la bière.
Un pauvre gars s’approche de moi,
Il voudrait bien une clope mais j’fume pas ;
Il repart tout en maugréant,
Finit par s’étaler sur un banc.

Tûût fait le sifflet,
Les portes se referment en claquant,
Encore un de raté,
J’attends patiemment le suivant…

Pas de tonnelles mais du vin blanc,
Un troubadour fait son apparition :
De belles chansons pour quelques francs ;
D’accord mais pitié, pas l’accordéon.
Propagande et langue de bois,
L’anar de service s’attache à moi :
« Les patrons font rien qu’à nous exploiter,
Tout est moche, faut tout faire péter ! »

Au refrain

Des midinettes toutes entichées
Se serrent sur le quai, apeurées ;
C’est samedi, le jour des sorties
Mais faut rentrer, il est plus d’minuit…
Apitoyée par mon état,
Une bonne âme me prend par le bras,
Me met dans l’métro, me dit au revoir,
Mais c’est juré, je reviens demain soir…

Tûût fait le sifflet,
Les portes se referment en claquant ;
Je m’éloigne vers mon lit douillet,
Anonyme comme tous ces gens…

pas de réaction pour le moment

Aucune réaction pour le moment »

Leave a comment

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Entries and comments feeds. Valid XHTML and CSS. ^Top^
23 queries. 0,753 seconds.