steve jobs et les drm

7 février 2007 | écrire un commentaire
ipod_lock.jpg

Il faut abolir les DRM ! Ce n’est pas moi qui le dit, mais Steve Jobs lui-même, sur le site d’Apple (article en anglais). Ce qui l’en empêche ? Les contrats signés avec les « 4 gros » (Universal, Sony BMG, Warner et EMI), qui ont exigé cette protection pour fournir leur catalogue.

Plusieurs pensées immédiates :

  • je suis l’actualité de Apple depuis (très) longtemps et je ne me souviens pas que SJ ait déjà répondu à des critiques dans une lettre ouverte comme ça. En général il passe des accords en secret et annonce tout quand c’est déjà fait, ou alors répond au fil des interviews, pas dans des déclarations officielles comme ça. Les négociations doient être sacrément bloquées, peut-être quelque chose de gros se prépare, ou simplement les « nouveaux marchés » (musique, téléphone) auxquels s’est attaqué Apple les forcent à plus de communication ?
  • à la réflexion, il est plutôt carrément faché avec l’industrie du disque, qui l’a obligé à se lancer dans cette stupide bataille sur les DRM qui ne lui posent que des problèmes sans améliorer quoique ce soit à la vie des utilisateurs. En effet il doit à la fois : se battre contre les associations de consomateurs qui trouvent le système trop fermé – et tout le monde sait que se battre contre ses clients n’est pas la meilleure idée (sauf les maisons de disque et les syndicats du disque qui se battent contre le piratage bien sûr), se battre contre les majors qui le trouvent trop ouvert, et surtout déployer des trésors de patience et d’ingéniosité pour expliquer aux utilisateurs de mac et d’ipod les subtilités d’un système bien trop complexe pour… juste écouter de la musique.
  • en publiant cet essai, SJ veut renvoyer le débat dans le camp des majors, au moment où Apple est sous le feu des critiques, avec des procès en Europe pour « abus de position dominante » et « manque d’interopérabilité ». Il aimerait que les européens (qui il le rappelle possèdent « deux et demi » des 4 majors) attaquent les vrais responsables de la profusion de DRM dans la vie de tous les jours : les créateurs de contenu et pas Apple. Ce dernier point est sujet à caution, mais le débat mérite bien d’être recentré.
  • j’ai lu l’aticle de JLJ * qui explique que le iTunes Music Store pourrait déjà proposer des chansons sans DRM mais ne le fait pas, et donc SJ préfère parler plutôt qu’agir. C’est à mon avis sans compter sur le caractère de cochon de SJ, qui préfère en général faire échouer totalement un projet que de ne pas le faire aboutir comme il l’entendait lui.

Pas surprenant : le syndicat américain des maisons de disques (RIAA) a répondu « nous sommes bien sûr d’accord avec SJ pour plus d’interopérabilité de la part d’Apple ». Fascinant.

Mise-à-jour : Wired est peut-être plus clairvoyant que moi et pense que les jours des DRM sont comptés, et que SJ veut juste tirer la couverture à lui pour pouvoir jouer les précurseurs.

* JLJ est norvégien, c’est lui qui a trouvé le premier la faille dans le système de DRM de iTunes.

Aucune réaction pour le moment »

Leave a comment

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Entries and comments feeds. Valid XHTML and CSS. ^Top^
27 queries. 0,467 seconds.